16/05/2006

la libre belgique

is en ligne le 12/05/2006
- - - - - - - - - - - 

Les sans-papiers qui occupent l'Eglise de Marche-en-Famenne se sont mis en grève de la faim.
C'est le seul moyen, à leurs yeux, de se faire entendre.
Des demandeurs d'asile ont également pris leurs quartiers à l'église Saint-Martin, à Arlon.

Nous irons jusqu'au bout!» Il est déterminé, Nasser. Ses compagnons d'infortune aussi. Depuis lundi, vingt-cinq sans-papiers occupent l'église Saint-Remacle de Marche-en-Famenne.

Ils sont en majorité d'origine iranienne, mais quelques-uns d'entre eux sont Algériens, Syriens, Bulgares ou Albanais. Après la simple occupation, qui a commencé lundi, un cap a été franchi par les demandeurs d'asile: ils ont entamé une grève de la faim.

«C'est l'unique solution pour mettre la pression sur le ministre», enchaîne Nasser, le porte-parole. L'homme est arrivé il y a six ans à Marche, et espère pouvoir s'y établir définitivement.

Juste des papiers

Des matelas ont été posés dans le fond de l'édifice. Assis ou couchés, les occupants tuent le temps. La journée se passe à discuter.

Ou à rappeler, à qui veut l'entendre, leur message: «Je suis là depuis plus de deux ans, et j'ai la possibilité d'avoir un travail. On veut juste des papiers», indique Kessi, un Algérien. La grève de la faim a été décidée à l'unanimité. «Tout le monde a dit oui. Il était nécessaire d'aller vite», enchaîne l'intéressé.

La solidarité continue, elle, à s'organiser. La commune a mis à disposition des poubelles et, bientôt, une toilette.

Le bourgmestre, André Bouchat (CDH), est surpris par l'action des réfugiés. Lundi, au conseil, il avait répété vouloir éviter «toute politique politicienne» sur ce sujet.

Un repas chaud par jour

Avec le CPAS, il était prévu d'apporter un repas chaud par jour. «Nous continuons bien sûr à les soutenir. Le véritable problème, il est politique. On veut, actuellement, fuir le débat. Je le déplore. Les dossiers ne sont pas traités assez rapidement», précise le député wallon.

Dans l'église, les visites sont fréquentes. Mme Mochtaria, une Algérienne de 45 ans, a suivi le mouvement. «Je suis depuis quatre ans au centre de Rendeux. Mes deux filles sont avec moi. Elles ont 17 ans et demi et quatorze ans. Elles vont toutes les deux à l'école à Marche. On n'en est nulle part, après autant de temps. Je réclame seulement des papiers. Cela me permettrait de décrocher un travail», raconte-t-elle.

A l'extérieur une banderole a été accrochée: «Ni en Belgique, ni dans notre pays. Sans papiers, où aller?».

© La Libre Belgique 2006

- - - - - - - - - - - 

14:28 Écrit par Nom et pr | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

SOUTIEN AUX DEMANDEURS D'ASILE J'ai écrit ce texte pour exprimer ma révolte envers ce gouvernement et cette situation car nul ne peut jouer avec la vie d'un être humain.

L'image de l'Europe
Vous a fait croire à la paix,
En réalité, c votre liberté
Qu'ils vous ont volé.

Aprés vous avoir fait espérer,
Vous allez soit être "accepté",soit expulsé
Et/ou enfemé dans des centres fermés
Et peut-être renvoyer dans votre bled
Sans pitié...

A cause de ces kriffs,
Votre avenir dépend d'un positif,ou d'un négatif...

Quand vous étes arrivé,
Vous etiez juste le numéros d'un avocat
Qu'on vous a attribué.
Aprés on vous a cuisiné
Et tout votre lourd passé
A été remué
Pour prouver que c bien la verité
Que vous ayez été menacé, persécuté
Ou que toute votre famille ai été assassinée...

Souvent, ils vont mettre des années
A se décider à accepter ou non
Votre vérité
Et vous donner ces sacré papiers
Qui sont la clé de votre avenir!

Pour vous sans papiers ou simplement étrangers,
Je veux l'égalité!

Écrit par : virginie | 19/05/2006

Les commentaires sont fermés.